Vous avez été nourris de dessins animés dès votre plus jeune âge, et probablement un bon nombre d’entre vous continue d’attendre les derniers Disney avec impatience. Pour les grands gamins que nous sommes, je vous propose un Top 10 des destinations qui ont inspiré les dessins animés les plus cool de notre enfance.

TOP 10 DES DESTINATIONS DE DESSINS ANIMÉS

Paris | Saint-Pétersbourg | Machu Picchu | Copenhague | Neuschwanstein

Angel Falls | Londres | Athènes | Pékin | Āgrā


Paris, France

Quand les chats ne chantent plus, les souris dansent

Commençons par une destination facile, tant elle a été animée dans de nombreux cartoons : la Ville-Lumière a d’abord inspiré Les Aristochats (1970) dont l’aventure se déroule dans les appartements parisiens d’une célèbre cantatrice. Ce dessin animé renvoie aux grands noms de l’opéra français (Berlioz notamment : c’est le nom d’un des chats) et si vous voulez humer cette atmosphère, rendez-vous Place de l’Opéra où vous pourrez admirer la splendide façade de l’Opéra Garnier.

Le Bossu de Notre-Dame (1996) est également tiré d’une inspiration parisienne évidente : la Cathédrale Notre-Dame-de-Paris, drapée de mystères et hérissée de gargouilles, dont la visite est un passage obligatoire dans la capitale. Il vous faudra grimper près de 380 marches pour accéder au sommet de l’édifice, et si vous sentez un regard dans votre dos, sachez qu’un célèbre bossu y a élu domicile.

Enfin, notons aussi la présence au box-office de Ratatouille (2007), vantant la suprématie incontestée de la haute cuisine tricolore (quoique les rats dans les cuisines ne soient généralement pas synonymes de qualité). Sachez que vous pouvez non seulement marcher dans les traces du rat Rémy dans les restaurants étoilés de la cité, mais aussi en visitant ses égouts – plus précisément le Musée des Égouts de Paris.

Le Musée des Égouts de Paris. Photo : TripAdvisor

Saint-Pétersbourg, Russie

La rumeur dit que la tsarine est parmi nous !

Le long-métrage d’animation Anastasia (1997) fait appel à la légende de la grande-duchesse Anastasia Nikolaïevna (à vos souhaits) de Russie, qui aurait survécu à la chute de la famille impériale et à la mort de la famille du tsar. Ainsi, vous pourrez retrouver cet épais mystère dans les brumes de Saint-Pétersbourg ! Ne manquez pas la Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé, une église orthodoxe dont la construction fut achevée au début du XXème siècle, dans la plus pure tradition (colorée) des édifices religieux locaux. Et si une prétendante au trône perdu se cachait dans le coin ?

Machu Picchu, Pérou

Incas d’école

C’est sans aucun doute l’un des sites historiques les plus connus au monde, berceau de la civilisation inca perché sur les sommets des Andes. Parmi d’autres sites traditionnels inca, il est reconnu comme l’une des inspirations du dessin animé Kuzco, l’empereur mégalo (2000) qui, pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de le visionner, met en scène un empereur inca à la fois insupportable et rapidement transformé en lama. Donc si vous avez la chance de revenir dans le temps en vous promenant dans les ruines de Machu Picchu, et que vous surprenez un lama dans le décor, faites attention à vos manières…

Copenhague, Danemark

Comme un poisson dans l’eau

« Là-haut ils bossent toute la journée, esclavagés et prisonniers, pendant qu’on plonge comme des éponges sous l’océan ! » Les inconditionnels de La Petite Sirène (1989) auront reconnu cette chanson phare du classique d’animation Disney… Et bien sachez qu’avant d’être porté à l’écran, il s’agissait d’un fameux conte de Hans Christian Andersen, un prolifique auteur danois qui nous a aussi donné Le Vilain Petit Canard ou La Reine des Neiges. C’est à Copenhague qu’il finit sa vie, comme « un beau conte de fées, riche et heureux » selon ses termes.

Pour lui rendre hommage, une statue représentant son héroïne la plus célèbre est installée dans la baie de Copenhague, perchée sur un rocher, et elle est devenue un véritable symbole de la ville ! Un musée consacré au conteur et ses œuvres est également accessible dans le centre-ville.

Füssen, Allemagne

Un château pour les inspirer tous

Localisé dans l’Allgaü, au sud de l’Allemagne, le Château de Neuschwanstein fut bâti à la fin du XIXème siècle à la demande du roi Ludwig II. Il fut ensuite repéré par Walt Disney qui en emprunta le style « féérique » pour créer le château de la Belle au Bois Dormant (1959) reproduit quatre ans plus tôt « en dur » dans le premier Parc Disneyland. Pour que sa renommée ne s’achève jamais, il devint le logo des studios Disney… et le château inspira ensuite des œuvres variées telles que le manga One Piece, la série Game of Thrones ou le jeu vidéo Civilization V.

Salto Ángel, Venezuela

Une promesse qui ne manque pas d’air

Je ne reconnais pas facilement verser une larme devant des dessins animés, mais l’histoire du vieux monsieur dans Là-haut (2009) m’a diablement ému. C’est celle de Carl, un vieil homme de 78 ans, qui avait promis à sa femme, des années plus tôt, de l’emmener en Amérique du Sud admirer les Chutes du Paradis. Malheureusement, celle-ci meurt avant que ce projet ne puisse se concrétiser. Il faudra un intrépide jeune scout nommé Russell et des centaines de ballons gonflés à l’hélium pour emporter les deux aventuriers jusqu’à cet endroit merveilleux et réaliser le rêve de Carl…

Maintenant, séchez vos larmes et sachez que cet endroit mythique existe réellement ! Les Angel Falls (en espagnol Salto Ángel) constituent la chute d’eau la plus haute du monde ! Situées à l’est du Venezuela, au cœur du Parc National Canaima, elles ruissellent sur près d’un kilomètre. Faites-vous la promesse de les visiter également, et commencez dès maintenant à économiser pour les ballons… Des scientifiques se sont penchés sur la question, et il en faudrait plus de 100 000 pour espérer faire s’envoler une maisonnette.

Londres, Angleterre

Sous la pluie, tous les chiens (et ramoneurs) sont gris

Londres est couverte de pluie, et Cruella conduit follement sa Rolls Royce en zigzags dans l’espoir de retrouver les chiots qu’elle convoite… Si cela ne vous rappelle rien, peut-être n’avez-vous pas encore visionné Les 101 Dalmatiens (1961), un grand classique de la franchise Disney. Au moins cela vous permettra-t’il de remettre l’accent sur ce qui caractérise toute la beauté de Londres : des rues passantes maussades, un duvet de pluie reflétant les lumières de la ville, et des parcs où l’on promène son chien l’air de rien…

Ce cadre londonien fut également le décor d’un autre chef d’œuvre de la part du studio aux oreilles de Mickey : Mary Poppins (1964) est un carton au box-office et une partie de l’histoire se passe sur les toits de Londres… Si vous en observez les cheminées d’un air nostalgique, n’espérez pas voir de ramoneurs s’en extraire : la majorité des scènes ont été tournées en studio, à Burbank… en Californie.

Athènes, Grèce

Renaître de ses ruines

Il est évident qu’au moment de réaliser le dessin animé Hercule (1997), les animateurs de chez Disney ont décidé de s’offrir un petit voyage jusqu’en Grèce… On peut en effet concevoir facilement pourquoi les aventures du demi-dieu grec se doivent d’être conduites dans un environnement fidèle à celui de l’Antiquité grecque. Rien qu’à Athènes, on reconnaîtra par exemple des colonnades similaires à celles qu’on retrouve sur l’Acropole, des amphores et des mosaïques que l’on pourrait observer au Musée Archéologique National voire même un théâtre similaire à celui que devait être en son temps le Théâtre de Dionysos. Une chose est sûre : la beauté de la capitale grecque ne relève pas du mythe…

Pékin, Chine

L’année du dragon

S’il y a de durs sujets parfois soulevés dans les films de Disney, celui évoqué par Mulan (1998) n’échappe pas à la règle : on y dépeint la guerre faisant rage entre l’Empire de Chine et les envahisseurs Huns. Si ce film s’inspire d’une véritable légende, à savoir celle de Hua Mulan, une jeune femme prenant la place de son père au combat pour le protéger, il se fonde également sur des décors typiques du pays. On y voit représentés des sites extrêmement renommés : la Grande Muraille de Chine, construction la plus longue jamais réalisée par l’Homme, dont plusieurs sections sont accessibles depuis Pékin ; également, la Cité Interdite y est montrée dans toute sa grandeur.

Āgrā, Inde

Ce rêve blaaaanc…

Le sultanat d’Agrabah est le théâtre des péripéties d’Aladdin (1992), un voleur qui arpente les souks à la recherche de quelque nourriture… Jusqu’à ce qu’il tombe amoureux de la belle Jasmine et qu’il l’emmène à bord de son bolide, un tapis volant flambant neuf. Les inspirations pour la cité sont multiples, puisées à la fois à Bagdad (Irak) mais surtout dans les villes d’Āgrā (Inde) et d’Aqaba (Jordanie), dont l’association des noms a donné… Bravo à ceux qui suivent.

De plus, bien que les décors d’Aladdin soient davantage inspirés du Moyen-Orient, on reconnaît une grande similarité entre le palais fictif d’Agrabah et l’ultra-célèbre Taj Mahal, bijou de marbre blanc justement localisé à Āgrā. Pour l’anecdote, ce dernier fut bâti par l’empereur Shâh Jahân pour y inhumer Mumtaz Mahal, son épouse récemment décédée. L’érection de l’édifice prendra dix-sept ans, moyennant des efforts colossaux et des matériaux précieux transportés (par éléphant) depuis les quatre coins du continent.

Emprisonné par son fils entre les murs du Fort Rouge, en 1658, il passera les huit dernières années de sa vie dans une cellule avec vue sur le palais. Lorsque la mort le prend finalement en 1666, il est inhumé aux côtés de son épouse dans l’enceinte du Taj Mahal, où il demeure pour l’éternité.


Bon, je le reconnais – parfois, les classiques de chez Disney embellissent les légendes, travestissent les mythes et rendent certains évènements historiques beaucoup plus féériques qu’il n’y paraissent. Mais il est bon de savoir que la magie de ces dessins animés a pu s’inspirer de la réalité : toutes les belles histoires ont un fond de vérité, alors !

Bien sûr, j’ai oublié de mentionner le New York de Bernard et Bianca (1977), la sauvage savane africaine du Roi Lion (1994), la Forêt de Sherwood où Robin des Bois (1973) dérobe aux riches pour donner aux pauvres, ou les décors typiquement alsaciens de La Belle et la Bête (1991). Mais je vous laisse aussi trouver la magie près de chez vous ! Le voyage, c’est un peu comme se jeter à pieds joints dans un dessin animé… Surtout qu’il commence toujours par « Il était une fois ».

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer