De nombreuses zones maritimes en Alaska, au Canada et dans l’Atlantique sont désormais sous protection pour bannir les forages en quête d’énergies fossiles. Cette décision a été prise conjointement par Barack Obama et le Premier Ministre canadien Justin Trudeau… Qu’est-ce-que Donald Trump, grand adorateur des hydrocarbures devant l’Éternel, fera de cette mesure ?

Dans le courant du mois à venir, Barack Obama et sa famille déménageront leurs cartons de leur Maison Blanche de Washington et en laisseront les clés à Donald Trump. On dirait bien que le futur ex-Président utilise ses ultimes jours à la tête du pays pour jouer ses dernières cartes : avec Justin Trudeau, le dirigeant canadien, Barack Obama a mis en place une mesure de protection d’une large région maritime afin de prévenir tout forage intempestif visant à en extraire du gaz ou du pétrole.

Quelles zones sont comprises dans l’espace protégé ?

La taille de la zone nouvellement placée sous protection dans l’Arctique est équivalente à la superficie de l’Espagne, et se situe en Alaska ainsi qu’au Canada. De plus, l’Arctique inclut certaines terres appartenant à la Russie, ainsi que la partie la plus septentrionale de la Norvège et un bout de l’Islande… La plus grosse part de l’Arctique est composée des zones glacées recouvrant l’océan du même nom et qui abritent une faune riche – des pingouins, des ours polaires et des baleines notamment – qui bénéficiera également de la protection de son habitat.

Enfin, les forages pétroliers seront interdits sur la zone côtière de l’Atlantique, précisément dans 31 différentes zones sous-marines de la Nouvelle-Angleterre à la Virginie.

Glacier Bay National Park

Quels sont les objectifs d’une telle mesure ?

La décision, prise au bout du bout du mandat de Barack Obama, vise à n’en pas douter à la protection de la planète. L’interdiction a pour but de réduire les risques liés aux forages pétroliers dans les océans, de sauvegarder des écosystèmes majeurs et de soutenir les intérêts des natifs du grand nord. Qui dit forage pétrolier dit risque de fuite dans les océans voisins, ce qui est tout particulièrement dangereux pour les animaux qui y vivent : les poissons sont empoisonnés, les oiseaux cloués au sol car leurs ailes ne peuvent plus se déployer, entre autres victimes de l’indifférence humaine.

La décision pourra-t’elle être annulée ?

Il est évident que la protection de l’Arctique et de ses habitants (animaux comme humains) est une mesure qui tient Barack Obama à cœur. Une loi votée quelques 60 ans plus tôt implique que la mesure sera difficilement retournée, même par le Président des États-Unis. C’est en tout cas le moins que nous puissions espérer.

istock-534106525-707x469

Pourquoi l’évènement a-t’il fait les gros titres ?

Après son installation en Janvier à la tête du pays, il est attendu que Trump revienne sur certaines décisions prises par son prédécesseur, notamment en ce qui concerne l’écologie. Durant sa campagne, le futur Président a déclaré qu’il souhaitait rendre les États-Unis autosuffisants en terme d’exploitation énergétique ; il est ainsi crucial pour lui que les forages d’hydrocarbures soient mis en place dans de larges proportions à travers le pays. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant d’apprendre que le milliardaire a nommé le patron d’une grosse compagnie pétrolière américaine son secrétaire d’État.

 

Enregistrer

Enregistrer