Si vous faites partie de ceux qui, à peine rentré de voyage, veulent repartir tout de suite, cet article est fait pour vous. Saviez-vous que ce besoin constant d’aventure serez en fait génétique ? Découvrons ensemble cette explication scientifique.

 

Dans ce monde, il y a deux types de personnes : les casaniers qui aiment leur confort quotidien et qui se demandent à quoi bon partir à l’autre bout du monde, quand on peut tout trouver dans sa propre ville d’un côté et les aventuriers qui ne connaissent pas plus grand plaisir que de faire sa valise pour partir découvrir de nouveaux endroit. A priori, si vous êtes sur mon blog, c’est que vous faites partie de la deuxième catégorie. Mais si, ne mentez pas, vous connaissez ce besoin de toujours partir en voyage pour découvrir de nouvelles cultures ou de rêver de votre prochaine destination lorsque vous êtes coincés au boulot. Alors, si vous êtes plus  » Je n’ai pas encore été partout, mais c’est sur ma liste  » que  » Rien ne vaut son chez soi », j’ai un scoop pour vous : vous possédez le gène du voyage ! 

Le Gène du Voyage

L’explication scientifique | Avez-vous le gène du voyage | Ma prescription 

Young couple walking on the lake shore at sunrise

L’explication scientifique :

Attention mes Gurus, pour les cinq prochaines minutes, je vais porter ma casquette de professeur pour vous expliquer les origines de ce gène du voyage.

 » Les personnes possédant l’allèle 7R seraient plus susceptibles de prendre des risques, d’explorer de nouveaux endroits, des idées, des aliments  »

Le mérite de cette découverte est à attribuer à Chaunsheng Chen qui a réalisé une étude en 1999. Ainsi, cette envie de voyager proviendrait d’une variation du gène DRD4 qui est responsable du niveau de dopamine du cerveau. La variation DRD4-7R est un gène qu’aujourd’hui, environ 20% de la population porterait. Pour arriver à cette conclusion, notre cher chercheur s’est intéressé au berceau de la civilisation, l’Afrique. Ainsi, plus un homme serait éloigné de cette Terre d’origine, plus il aurait de chance de porter cette mutation de gène.

Par la suite, David Dobbs, un chercheur pour le National Geographic, est venu appuyer les découvertes du professeur Chen en soutenant que « les personnes possédant l’allèle 7R seraient plus susceptibles de prendre des risques, d’explorer de nouveaux endroits, des idées, des aliments, des relations, des drogues ou des opportunités sexuelles et généralement d’adopter le mouvement, le changement et l’aventure ».  Les personnes possédant le DRD4-7R, que nous allons maintenant appeler gène du voyage pour rendre les choses plus faciles, ont besoin d’une libération de dopamine plus grande pour ressentir le même plaisir qu’une personne possédant le gène basique, ce qui les pousse à partir à l’aventure pour explorer l’inconnu et prendre des risques.

J’espère que vous m’avez suivi dans ma tentative d’explications scientifiques, mais je vais essayer de résumer : si vous avez plus envie de partir gravir des montagnes à l’autre bout du monde que d’ouvrir une bière pour regarder votre match de foot, vous possédez le gène DRD4-7R, dit gène du voyage.

Young smiling couple enjoying nature and their hiking together

 

Avez-vous le gène du voyage :

Bien, maintenant que vous avez les explications scientifiques pour pouvoir briller lors de votre prochain repas de famille, essayons de déterminer si vous possédez cette fameuse mutation du gène qui vous empêcherait d’avoir une vie stable et bien rangée pour pouvoir partir à l’aventure dès que l’occasion se présente.

Ma prescription :

Bon, soyons clairs, il ne s’agit évidemment pas d’une maladie pour laquelle il faudrait se soigner, bien au contraire. Utilisez cette envie de découverte et d’aventure pour partir découvrir de nouveaux pays, de nouveaux horizons, de nouvelles cultures, de nouveaux langages et surtout de nouvelles personnes. Car n’oubliez pas  » There’s no time to be bored in a world as beautiful as this !  »  

 

Trouver votre prochain voyage

Girl Trekking Backpacking iStock_000021547580_Large-2