La magie de Dublin se fait jour à tous les coins de rue : les Irlandais ont leur charme propre, nourri d’histoire et de simplicité ce qui les rend parmi les plus accueillants. Vous souhaitez en savoir plus sur la capitale de l’île verte ? Suivez le guide !

Guide de Voyage à Dublin

Présentations | S’y rendre | Transport | Qu’y voir ? | La table | Bal(l)ades

Photo : Aitormmfoto / Shutterstock.com

Quelques mots de présentation

Dublin abrite plus d’un million d’habitants, mais si vous n’êtes pas logé dans la banlieue, vous pourrez découvrir la plupart des sites qui en font la renommée à pied. La Liffey traverse la capitale irlandaise et la coupe à peu près en deux ; ainsi, de nombreux ponts relient les quartiers ouvriers du nord aux districts plus prospères du sud. Il est facile d’en découvrir l’essentiel en quelques jours, mais la culture locale mûrit depuis de nombreuses années et on y retrouve la fierté de l’identité et de la langue locale, jusque dans les accents bourrus jaillissants des pubs aux vitres teintées. Voici venu le temps de vous introduire à cette cité magnifique, fief de la patrie des trèfles !

Se rendre à Dublin

L’aéroport Bhaile Átha Cliath (ça ne se prononce sans doute pas comme vous l’imaginez, limitez-vous à Dublin Airport) est situé à 12 petits kilomètres du centre-ville. A la différence d’autres capitales européennes qui aiment à externaliser leur flotte low-cost, vous y trouverez tous les appareils RyanAir. Ce n’est pas une surprise : la compagnie irlandaise a ses quartiers généraux à Dublin. Montez à bord des bus Airlink pour rejoindre le centre rapidement (6€ l’aller simple, 10€ l’aller-retour), et une demie-heure plus tard vous foulerez enfin du pied les pavés de la capitale insulaire. (D’autres bus moins chers mais aussi plus lents peuvent être accessibles également, à votre guise.)

WARNING : Rappelez-vous bien qu’en Irlande, on roule à gauche ! Cela est non seulement important lorsque vous traversez la route, puisqu’il vous faudra regarder des deux côtés (ceux qui ont répondu « Merci Maman », vous sortez) mais aussi lors des escales des bus, qui s’arrêtent de l’autre côté de la route. C’est pour vous éviter de monter à bord de celui qui part dans l’autre direction, bande de petits malins.

Votre moyen de transport sur place

Si vous désirez découvrir de grandes parties de la cité en peu de temps, faites confiance au réseau de transport local. Les horaires des lignes de bus sont disponibles gratuitement auprès du Dublin Bus Office, et optez pour un ticket spécial ; la meilleure option pour un week-end est de débourser 33€ pour un Freedom Ticket. Pendant 72 heures, vous pourrez utiliser les services de la navette Airlink vers l’aéroport, des bus réguliers ainsi que des touristiques qui font des escales aux sites les plus connus de la ville (des réductions pour les musées et autres activités locales sont également incluses). C’est une super option pour les portefeuilles serrés ! Vous devez acheter la carte en ligne puis la retirer à l’aéroport et déjà l’utiliser pour la navette Airlink. (Attention : vous serez débité dès que vous aurez activé la carte !)

Côté vélo, si vous tombez sur un de ces jours de l’année (ERRATUM : de la décennie) où il ne pleut pas, vous pouvez louer sur place un équivalent du Vélib’ – c’est toujours bon d’avoir de l’espoir. (En plus on se moque du climat irlandais, mais il y a en moyenne entre 3 et 4 heures de plein soleil par jour, ce qui n’est pas si mal. Le ciel couvert de nuages est un grand classique local, sinon.)

Photo : iStock.com / Aitormmfoto

Qu’est-ce-qu’il ne faut pas manquer sur place ?

Visite touristique de Dublin

Avant tout, il existe sur place des « Chemins de Découverte » (Official Dublin Discovery Trails) que vous pouvez suivre sur un guide et explorer par vous-même. Ainsi, vous ne manquerez aucun fait historique et en apprendrez beaucoup sur Dublin et ses habitants. Si vous avez acheté le Freedom Ticket mentionné plus tôt, n’hésitez pas à monter à bord d’un bus Hop-on-Hop-off et à vous arrêter à chaque attraction que vous estimez digne d’intérêt. (Et il y en a pas mal…)

The Spire et la Poste Centrale de Dublin

… Si, par exemple, vous passez près d’une longue colonne métallique qui s’élève à 123 mètres de hauteur, descendez du bus et admirez cette œuvre. Officiellement appelée Monument of Light (An Túr Solais), elle remplace la Colonne Nelson qui fut apparemment détruite par l’IRA en 1966. The Spire est sans doute le monument le plus emblématique et le plus surprenant de la ville.

Tant que vous êtes dans le coin, profitez-en pour admirer la Poste Centrale de Dublin (General Post Office). Elle servit de quartier général aux combattants de la liberté irlandais dès 1916 et vous pourrez peut-être même apercevoir quelques marques laissées par des balles. Une vraie antiquité, ce bureau de poste. D’ailleurs, Colin Farrell – l’acteur irlandais – a déclaré dans une interview qu’il le considérait comme le plus beau bâtiment de la cité… Vous pouvez donc vous y risquer sans crainte !

Le Trinity College et son Long Room

Retournez ensuite à bord du bus touristique et descendez au Trinity College si vous en avez l’occasion. Cette vieille université est située au cœur de Dublin, et les plus grands écrivains du pays – Jonathan Swift, Oscar Wilde et Samuel Beckett – y ont tous étudié. Son campus est particulièrement fascinant dans la soirée, quand la plupart des étudiants sont déjà rentré chez eux. A ce moment-là, vous avez l’impression de marcher à l’intérieur d’un roman Harry Potter.

Prenez le temps de visiter le « Long Room » que l’on trouve dans la partie la plus ancienne de la bibliothèque, qui pourrait lui aussi sortir de l’univers de J. K. Rowling. Une visite sur place coûte 13€ mais cela n’est pas si cher quand on considère l’endroit sous son plus bel angle… Ainsi que le légendaire Livre de Kells (Book of Kells) qui a quelques 1200 ans d’âge et qui fait partie du tour !

Temple Bar et le Château de Dublin

Quelques pas plus loin, vous arriverez au Temple Bar. Ce quartier pavé aux ruelles étroites a pris le nom du plus célèbre bar de la ville et compte nombre de chouettes pubs et restaurants. Vous feriez mieux de vous y rendre pendant la journée, car il est inondé de touristes quand la nuit tombe. L’arrêt suivant sera le Château de Dublin, qui témoigne à lui seul de la richesse de l’histoire irlandaise… La partie la plus ancienne de la tour date de l’année 1226, tandis que de nos jours, il a été transformé en centre de conférence et en attraction touristique principalement. On y trouve également quatre musées à ne pas manquer !

La Cathédrale Saint-Patrick et le Guinness Museum

Chacun d’entre vous connaît la fête de la Saint-Patrick, célébrée avec autant d’entrain aux États-Unis qu’en Irlande… Mais avez-vous déjà visité la cathédrale qui prend le nom du saint-patron de l’île ? Avec un peu de chance, vous tomberez sur un local qui voudra bien échanger des anecdotes historiques au sujet de la bâtisse autour d’une pinte fraîche.

C’est plutôt pratique, d’ailleurs, car la brasserie (et le musée) Guinness est située juste à côté ! Elle s’élève dans le ciel de Dublin sur plusieurs niveaux et reprend la forme d’une pinte. Au sommet de la tour, après votre visite, vous aurez droit à votre boisson offerte avec une vue sur l’ensemble de la ville depuis le Gravity Bar.

Photo : iStock.com / littleny

Une autre spécialité locale à boire est le whisky ! Réservez votre visite à la Old Jameson Distillery pour tout savoir de son processus de fabrication, et plus encore au Musée du Whisky Irlandais. Bien sûr, on ne peut que recommander de profiter de ces activités hautement culturelles… sans modération !

Enfin, après toute cette agitation urbaine, enfourchez votre vélo, direction nord-ouest : c’est ici que le Phoenix Park vous ouvre ses allées vertes. Il est considéré comme le plus large parc des grandes villes d’Europe, et si vous prenez le temps de vous y balader sans but, vous aurez vite l’impression de vous retrouver au milieu d’une nature encore vierge.

A boire et à manger !

La crème des restos

Quand vous êtes de sortie à Dublin, ne manquez surtout pas les nombreux pubs du centre-ville, ce que vous soyez dans le fameux quartier de Temple Bar ou dans les environs. Il y a environ un millier de pubs dans la capitale, autant dire que donner une description détaillée de chacun prendrait plus de temps qu’il n’en faut pour commander une nouvelle mousse. Néanmoins, je recommande The Stag’s Head qui constitue un must pour les visiteurs avides de pure expérience irlandaise. Rien que la bâtisse de brique rouge sur trois étages est un régal pour les yeux.

Vous pouvez aussi aller faire un tour chez John Kavanagh, un bar qui fascine déjà pour son histoire : les creuseurs de tombe du cimetière voisin, le Glasnevin Cemetery, s’y rassemblaient pendant leur travail pour descendre quelques pintes… En espérant qu’ils aient enterré les bonnes personnes au bon endroit lorsqu’ils sont retournés à leurs tâches ! Comme me l’a confié un jour un Irlandais, « la visite d’un pub est comme celle d’une église » et nul n’échappe à la tradition.

Dublin, comme toute l’Irlande de manière générale, ne jouit pas d’une réputation de cuisine de gourmets. Cela ne signifie pas pour autant que vous n’y trouverez que du gras et du lourd ! C’est sans aucun doute à The Bakehouse qu’est servi le meilleur petit-déjeuner, afin de faire le plein d’énergie dès les premiers rayons du soleil. Vous y trouverez de délicieux pancakes, sandwichs, et un porridge succulent. Sinon, vous pouvez aussi commander les fameux burgers de chez Jo’ Burger Town.

Un snack santé vous sera proposé à Honest to Goodness, où vous pourrez vous faire préparer un sandwich sur mesure à partir des ingrédients que vous sélectionnez. Deux autres bonnes adresses à retenir pour votre séjour sont le Foam Café et Bewley’s pour un bon thé qui réchauffe.

Comme vous êtes à Dublin, ne manquez pas non plus d’essayer l’Irish Stew. C’est un ragoût traditionnel à base de viande d’agneau de de (beaucoup de) légumes, qui réchauffe les corps et les cœurs après un jour de pluie. Pour en déguster un bon, rendez-vous à The Porterhouse Temple Bar – n’hésitez pas à commander des moules en entrée histoire de préparer le terrain – et gardez à l’esprit les menus en réduction dits « Early-Bird Specials » : étant donné qu’en général, les Britanniques dînent plus tôt que nous, Français, vous pouvez avoir des repas soldés dans de nombreux bars et restaurants entre 17 et 19h30.

Vie nocturne à Dublin – Longue vie aux pubs !

Si vous voulez un bon aperçu des meilleurs pubs de la ville, n’hésitez pas à vous joindre au Dublin Pub Crawl. Vous pourrez y découvrir les deux plus belles choses que l’Irlande a donné au monde : sa bière et sa littérature. Si vous voulez connaître l’Irlande véritable, celle qui se cache loin des masses de touristes, et que vous souhaitez siffler une bière pas chère au passage, un bon conseil est de pousser la porte de The Celt avec de la musique traditionnelle en live tous les jours. Le bar Dicey’s Garden est aussi un bon endroit où commencer la journée. La plupart des pubs sont déjà pleins dès 18 heures, et fermés à 1 heure du matin. Pas de temps à perdre !

Photo : iStock.com / kulicki

Avec plus d’un millier de pubs dans la capitale (!), on pourrait penser que personne ne sort faire la fête dans les boîtes de nuit. On ne pourrait davantage se méprendre. Si vous avez toujours rêvé d’aller sortir dans une ancienne église (si c’est le cas, vous voulez en parler ? Je connais un bon psychologue), rendez-vous à The Church. Vous pourrez y dîner dans une atmosphère toute particulière puis faire la fête dans la discothèque sur place. Au passage (c’est peut-être le plus vital de tous les conseils de ce guide) :  les Irlandais ne disent par « Cheers » lorsqu’ils trinquent, mais « Sláinte », que l’on prononce « Slaaaan-che ».

Des escapades autour de Dublin

Le centre-ville de Dublin est en effet un régal pour les yeux, ce qui pour moi était vérifié dès que je suis sorti du bus en provenance de l’aéroport… Mais je voulais tout de même aller explorer au-delà des limites de la cité, et voir les verts pâturages qui font toute la réputation de l’Irlande. Par le train (DART direction Malahide), il suffit de 20 minutes pour vous retrouver dans un petit village au bord de l’eau. Vous pourrez y admirer le Château de Malahide et ses jardins ! On s’y sent comme dans un film de chevaliers – j’adore.

Si vous voulez pousser jusqu’à la côte sauvage irlandaise, j’ai quelques astuces pour vous : avec le DART puis le bus (Ligne 31a), vous pourrez gagner la Presqu’île de Howth.  Ne descendez pas au port mais au terminus, depuis lequel vous pourrez marcher jusqu’au phare et profiter de l’air du large. Un secret bien gardé est le chemin qui, à partir du terminus, rejoint le port le long des falaises perchées sur la mer. Le paysage est simplement magnifique, et cette balade de trois heures vaut définitivement la peine ! (Pensez à vérifier le vent avant de partir, parce que les promenades en bord de falaise avec risque d’être soufflé vers le large ne sont pas des plus fun.) De retour au port, régalez-vous donc de poisson frais, vous l’avez bien mérité !

Alors, convaincus ?

Comme vous pouvez le constater, Dublin est une capitale diverse comme une autre – sur une plus petite échelle cependant. Faites-vous une faveur, et ne vous pressez pas à travers la ville : Dublin mérite d’être découverte avec sérénité. Je vous souhaite une bonne balade irlandaise !

Trouver un vol pour Dublin

Trouver un logement à Dublin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer